dimanche 15 novembre 2015

La porte de l’Enfer (La Guerre des démons t.2), Raymond E. Feist









Auteur : Raymond E. Feist
Titre VO : At the Gates of Darkness
Editions : Bragelonnes
Genre : Fantasy
Pagination : 351
Prix : 20€


Synopsis :

Le conclave des Ombres est dévasté. 

Il a payé un bien lourd tribut pour repousser les monstres qui menaçaient Midkemia. Mais le deuil devra attendre, car dans une forteresse abandonnée au sein de la vallée des Hommes Perdus, le mal gronde. Belasco, le magicien diabolique, sème la terreur. Dans quel but ? L'odieux chaos qu'il a créé n'est-il pas qu'une diversion ? Pour espérer sauver Midkemia, le Conclave doit réunir les siens et découvrir ce que Belasco essaye de dissimuler.


Ressenti :

                Il y avait un moment que ce livre prenait la poussière dans ma bibliothèque et il y avait un moment que je n’avais pas lu les aventures de Pug et ses amis. Retour aux sources avec ce deuxième tome de La Guerre des Démons.

                Le conclave des Ombres a payé cher sa dernière victoire sur les forces démoniaques. Pug et son fils Magnus pleurent Miranda et Caleb. Mais ils n’ont pas le temps de consommer leur deuil, car Jim rapporte d’inquiétantes nouvelles. Belasco, leur ennemi intime, s’active de nouveau pour ravager le monde. Pug aura besoin de toutes les forces du conclave pour contrer cette nouvelle menace. Amirantha, Jim, Magnus, Gulamendis et Laromendis, Sandreena. Avec leurs capacités propres et sur des terrains différents, ils vont tenter de mettre à nouveau en échec le magicien diabolique.

                Retour aux sources assez dense pour ma part, avec tous ces noms et ces situations que j’avais laissé dans un coin de ma tête depuis trop longtemps. Comme à son habitude, Feist fait avancer l’histoire en s’appuyant sur des personnages qui ont fait leurs preuves. Pas grand-chose de nouveau de ce côté, pas de nouveau venu dans l’équipe et pas d’évolution significative des personnalités. L’essentiel se situe dans l’intrigue et dans la personnalité du méchant. En nous faisant avancer pas à pas derrière ses héros, l’auteur nous dévoile petit à petit l’horreur que s’apprête à perpétrer Belasco. 

                Sans entrer dans le détail pour éviter le spoil, je dirais que je suis déçu d’un point de vue suspens. Les héros, que l’on dit en pleine « reconstruction » après l’épisode précédent, me semble trop facile dans leur quête. C’est à peine si j’ai vu l’ombre d’une tension. J’exagère peut-être un peu, mais dans l’ensemble, nos héros sont bien les « héros » qu’ils doivent être. C’est comme si l’auteur avait décidé d’une accalmie dans la difficulté après la tempête dévastatrice du tome précédent. 

                Il reste néanmoins que j’apprécie toujours les aventures de Pug et ses amis. L’écriture en elle-même est toujours aussi fluide et efficace. J’aime suivre des personnages différents d’un chapitre  à l’autre, et j’aime la magie, omniprésente dans l’œuvre de Feist. Un très bon retour aux sources finalement. Une lecture que je qualifierai maintenant de plaisir, au regard de ce que je lis pour mes études.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous aimerez peut-être...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...